Poue un projet départemental pour la culture et la création artistique

Publié le par carratala

Portons un projet départemental de haut rang pour la culture et la création artistique

 

De quoi parlons nous ?

 

La culture est le champ des connaissances, ce par quoi se construit une humanité toujours pus riche. Il ne se confond pas avec la création artistique. La création artistique est le mouvement par lequel sont toujours plus repoussées les limites de l'interrogation et de l'interprétation du monde, comme le fait la recherche scientifique.

 

L'enjeu de luttes politiques

 

Les communistes peuvent porter avec fierté leur part de l'existence de réseaux culturels divers faits de compagnies, de cinémas, de théâtre, de musées, de bibliothèques.... Au fil des ans, il a évolué et s'est enrichi. Il faut le défendre contre l'Etat qui a longtemps refusé de le prendre en compte, avant de s'en désengager progressivement, processus nettement accéléré depuis 2002. Il faut le préserver de la domination idéologiques qu'exercent les groupes industriels du divertissement qui d'une part lorgnent sur les budgets de la culture et d'autre part veulent maintenir le plus de monde possible dans leurs filets où coulent à flot représentations et conceptions consensuelles. Il faut le protéger des attaques populistes de la droite départementale, et même quelquefois de la gauche, toujours prête à trouver trop élevés les budgets de la création. ..

 

Des conceptions d'avenir

 

Derrière ces inepties se cache une véritable logique politique : la culture, notamment la création artistique et le symbolique ne sont faits que pour ceux qui en possèdent déjà les clefs. Autrement dit la culture, c'est pour les gens cultivés.

C'est évidemment tout le contraire qui est nécessaire, il y a besoin d'encourager la constitution d'équipes de professionnels travaillant d'arrache pied à ce que les oeuvres et les artistes rencontrent la population, notamment les jeunes publics.

Les élus  communistes ont toujours considéré, à juste titre, que la lutte pour l'émancipation, le combat contre les dominations étaient inséparables d'un effort constant pour que savoir et émotions ne soient pas réservés aux élites, pour que la connaissance et la capacité critique à s'en emparer soit partagées par le plus grand nombre, que les cultures diverses soient reconnues et puissent être partagées entre toutes et tous.

C'est à l'aune de ces orientations et d'incontestables réussites que doivent être appréciés la violence des désengagements de l'état et les nouvelles conceptions nuisibles de Frédéric Mitterrand.

Elles nous aident pour des propositions d'avenir.

 

Défendre un héritage et faire du neuf

 

Les questions de la culture et des arts dans notre département font, comme tout ce qui touche à ce territoire, l'objet d'une lutte politique sévère et nous sommes confrontés à de graves régressions : vieilles tentations de censure et mise au pas des professionnels.

Mais surtout, les difficultés infligées aux collectivités locales, particulièrement sensibles dans les villes les plus populaires, mettent en danger la pérennité de financements de la vie culturelle et artistique. Les avancées d'hier pèsent aujourd'hui très lourd dans les budgets municipaux : bien des conservatoires et bibliothèques sont dans des locaux vétustes et inconfortables, ont des équipes insuffisantes et des budgets d'animation trop faibles. Le défi du numérique pour les cinémas est lourd à porter. Et d'une façon générale, l'emploi culturel, déjà notoirement insuffisant, alors que bien des besoins ne sont pas couverts, est menacé par les compressions budgétaires, les baisses des crédits aux associations  et structures culturelles, le tarissement des subventions de l'Etat.

Les budgets sont loin du compte et les maintenir est un choix politique non réductible aux critères de gestion. Cependant, notre département est riche d'un imposant réseau de professionnels impliqués dans la vie départementale et proches de la population, notamment des jeunes. C'est en général un choix raisonné, qui devient vite un véritable engagement. C'est un formidable point d'appui pour avancer.

 

Agir et promouvoir réellement une démocratie cultivée

 

La situation des financements la culture est grave et il ne suffit plus de faire des appels, il faut agir.

Au premier rang des acteurs, nous voulons voir le Conseil général combatif et innovant, contre la politique de Sarkozy qu'il s'agit enfin de contrer avec succès. Nous voulons voir un Conseil général qui noue un véritable dialogue avec les acteurs culturels et non pas les prier de participer à de longues messes sans contenu dans lesquelles on ne les invite qu'à entendre, jamais à parler. Les attributions de subventions doivent se faire dans la transparence et les engagements pris doivent être tenus. Il faut repenser le soutien au réseau musical, encourager la diversité des expressions et garantir les lieux qui font un patient travail de découverte et d'invention. Le dispositif de conventionnement des troupes et compagnies doit être remis à plat dans le but de garantir la pérennité des structures, de protéger l'emploi et d'assurer des conditions normales de création et de circulation des oeuvres. Les projets de rénovation des cinémas doivent être réalisés et un plan de modernisation pour le passage au numérique doit être mis en place.

Les initiatives culturelles et artistiques en collèges doivent être renforcées sur leur contenu et sur les moyens, en refusant la logique de mise en concurrence à l'oeuvre depuis 2008.

 

Un Département qui impulse et initie

 

Le Département est un interlocuteur clef de la vie culturelle et artistique. Il doit porter une forte exigence, des conceptions novatrices et rassembler pour contraindre l'Etat à s'engager à la mesure de ce qu'est la vie artistique de notre département.

L'enjeu est de taille : il s'agit sans a priori, sans tabou et sans oeillères, de renouveler et promouvoir une conception de la vie culturelle et artistique, nourrie d'une création libre et exigeante, et tournée vers tous les habitants.

En effet, nos concitoyens ont le droit de s'emparer d'une multiplicité de propositions et langages artistiques toujours plus créatifs. A l'opposé des démagogies populistes et consuméristes dominantes aujourd'hui.

Publié dans CULTURE

Commenter cet article