Les propositions des candidats communistes concernant les collèges et lycées du Var

Publié le par carratala

Les propositions des candidats communistes concernant les collèges et lycées du Var



Nous sommes quatre enseignants communistes en activité candidats aux cantonales dans le Var : Philippe Himber à Toulon, Pierre Barbagelata à Hyères, , Laurent Carratala à Besse et moi-même Pierre Daspre, professeur au lycée de Gassin candidat sur le canton de Saint-Tropez, auxquels il faut ajouter trois enseignants retraités : Gilberte Mandon candidate remplaçante à La Garde, Louis Cabras candidat à Six-Fours et Philippe Balp directeur d’école retraité candidat à Lorgues. Les enseignants communistes engagés aux cantonales dans le cadre du Front de Gauche sont donc nombreux.

Tout d’abord d’une manière générale nous voulons mettre la jeunesse au coeur de l’action départementale. En soutenant toutes les actions de défense du l’Education Nationale, nous manifestons une détermination sans faille à agir pour la réussite scolaire de tous les jeunes.

Les nombreuses réformes de l’Education Nationale accompagnées de très forts désengagements de l’Etat n’ont cessé d’aggraver la situation.

Le gouvernement poursuit son entreprise d’instauration d’une école à plusieurs vitesses. La politique de l’UMP se traduit par des dégradations sans précédent. Les 7 députés varois, tous UMP, ont voté ce nouveau budget de régression et ces réformes.

 

L’école peine de plus en plus à corriger les inégalités sociales et culturelles qui se renforcent. Les derniers résultats de l’enquête internationale PISA le confirme.

Les familles, inquiètes pour l’avenir de leurs enfants, sont soucieuses des réponses de l’Etat, mais aussi de toutes les institutions, dont le Conseil Général, fortement interpellé.

Il faut aujourd’hui faire face à un environnement éducatif nouveau, dans lequel se développe la concurrence entre établissements (dernière mesure envisagée : enlever des heures aux collèges dans lesquels le taux de redoublement est trop élevé !), la méritocratie pour les élèves, la baisse des dotations horaires et la baisse de la qualité de l’enseignement consécutive à la suppression de 66 000 postes en quatre ans (depuis 2007) 16 500 pour l’année prochaine. Dans le Var ce sont 142 collégiens prévus en plus à la prochaine rentrée (et 532 lycéens en plus ) et l’administration annonce  21 suppressions.

Notons que pour les écoles du Var, c’est 62  suppressions de postes qui sont prévues, dont le détail sera connu précisément après les élections cantonales, le 28 mars.

 

Cette politique d’austérité budgétaire menée dans le cadre de la Révision générale des Politiques Publiques se fait sentir sur la maintenance et l’existence même des établissements scolaires. Dans notre département des menaces de fermetures à terme  de trois collèges existent (parmi ces trois, celui de Saint-Tropez dont l’effectif va diminuer de 59 collégiens à la rentrée prochaine soit un effectif réduit à 270 élèves*).

Ces suppressions massives de postes ont amené les enseignants à faire grève et à manifester dans la rue, nous étions plus de 600 à manifester le 10 Février dernier à Toulon après le rassemblement du 22 janvier place de la Liberté. Les vacances scolaires ont interrompu momentanément une forte mobilisation dans plusieurs établissements varois (lycée Jean Moulin à Draguignan par exemple), mobilisation que nous soutenons totalement et le vote des Dotations Globales Horaires par les conseils d’administration des collèges et lycées a donné lieu à un refus massif de ces suppressions et de ces conséquences (non dédoublement, disparitions d’options, hausse des effectifs,…).

C’est pourquoi, tout en soutenant les luttes des enseignants, des personnels des établissements scolaires, des parents et des élèves nous préconisons notamment l’élaboration avec eux de projets éducatifs départementaux dans les collèges pour agir sur la réduction des inégalités.

L’accès aux technologies de l’information et de l’éducation doit être une composante essentielle du projet éducatif en direction des collégiens, des équipes éducatives et des parents. Nous pensons que des réflexions doivent être engagées au plus vite pour mettre en place des outils nécessaires à la maîtrise de l’information numérique et d’internet. A l’opposé des choix actuels quand les personnels chargés de la maintenance informatique ont en charge deux ou trois collèges et ne peuvent plus répondre aux problèmes tellement ils sont surchargés de travail.

De même nous voulons valoriser l’accès des jeunes aux formations qualifiantes débouchant sur un emploi, à l’enseignement supérieur et à la recherche. Cette ambition appelle des efforts du Conseil Général pour aider les jeunes à accéder à la culture, au sport et à la santé. Il faut revaloriser les subventions allouées aux projets des collèges (classes environnement, sections sportives,..), le contraire de ce qui se fait aujourd’hui puisqu’à Sainte-Maxime une classe du collège Berthie Albrecht ne pourra plus partir cette année, la subvention du Conseil Général ayant été supprimée.


 

Publié dans EDUCATION

Commenter cet article