Le PCF présente ses candidats du canton de Besse-sur-Issole

Publié le par carratala

Cabasse  Le PCF présente ses candidats du canton de Besse-sur-Issole « pour un département à gauche, solidaire écologiste, juste et citoyen »

 

« L’expérience et la jeunesse pour gagner »

 

Article paru dans La Marseillaise du samedi 11 décembre 2010

 

PC080247--1-.JPG

 

La Conférence de presse, organisée mercredi dernier, à Cabasse, a rassemblé 25 militants et amis, venus soutenir les candidats présentés par le PCF sur le canton de Besse-sur-Issole, regroupant les communes de Besse-sur-Issole, Cabasse, Flassans, Gonfaron, Pignans. En présence du maire de Cabasse, Régis Dufresne, et de Jean Maris Bernardi,candidat sur le canton du Luc.

 

Après avoir présenté les candidats Laurent Carratala et sa suppléante Safia Maestrati, William Mathevet, secrétaire de la section PCF  de Brignoles a d’amblé fait une intervention où les enjeux politiques ont été mis en avant :

  « Si le thème est bien « Election cantonale dans notre canton de Besse-sur-  Issole », il ne peut être déconnecté du contexte économique, social et politique de la période » commence-t-il.

« L’enjeu de cette élection de proximité  dépasse largement le seul cadre du canton. Nous ne sommes donc pas sur une démarche qui viserait à le minimiser, car sur le fond, il s’agit d’une élection qui lie la proximité avec les choix des politiques locales, nationale et Européenne » poursuit-il.

 

Les choix politiques

 

 « C’est vrai qu’aujourd’hui dans le contexte de crise du capitalisme dans laquelle est plongée la société on ne peut être évincé de l’enjeu, tant les conséquences des choix politiques ont des répercutions directes sur le quotidien de chacun ».

 Ce n’est pas seulement en Grèce, en Espagne et au Portugal, mais partout en Europe que les gouvernements mettent en œuvre des politiques semblables pour faire payer aux salariés, aux populations, les frais de la crise provoquée par la spéculation capitaliste » !

Parmi les exemples cités : la baisse des salaires, l’amputation des dépenses sociales, l’aggravation de l’injustice fiscale, la casse des retraites et des systèmes solidaires de protection sociale, la destruction des services publics, aggravation du chômage. Tout cela, bien évidemment étant à mettre à l’actif «  des gouvernements et du FMI au service du MEDEF et de la grande finance ».

 

Il propose donc « de partir de l’expression des besoins des populations pour construire les réponses politiques en phase avec les exigences sociales » et de ne pas centrer le débat et la campagne  que «  sur les prérogatives du Conseil général, car cela  aboutirait indéniablement à gérer localement les choix de la politique nationale de la droite et au final faire supporter par les familles les désengagements de l’Etat. Comme la nécessité d’accroissement des recettes pour répondre aux besoins actuels et nouveaux ».

« Le Conseil Général du Var doit assumer le fait que c’est une majorité UMP qui le gère et qui met en œuvre les choix politiques de l’UMP du national au local » rappelle-t-il.

Et de poursuivre : « La sortie du traité de Lisbonne est une donnée incontournable pour donner les moyens à notre société de s’engager résolument dans un nouveau mode de développement avec des droits nouveaux pour les peuples et une réorientation de la Banque Centrale Européenne favorisant le crédit pour l’emploi, la formation, les droits sociaux dans une démarche de qualité environnementale ».

Ces questions qui peuvent paraître très éloignées de l’élection cantonale, explique William Mathevet, «  en sont au contraire au cœur et qu’elles portent les réponses essentielles aux financements de choix politiques alternatifs au libéralisme ».

Le secrétaire de section conclut en exprimant  « pourquoi, les communistes de la région Brignolaise, comme les communistes varois sont engagés pleinement dans une démarche de rassemblement populaire sur des contenus réellement transformateurs …. »

L’objectif étant de construire avec les populations « ce sillon de l’alternative dans un projet partagé ».

 

Continuer la résistance

 

Laurent Carratala rappelle pour sa part que  « suite au mouvement social contre la réforme des retraites,  il est encore temps de continuer la résistance des millions de salariés qui ont fait grève et qui ont manifesté. Il est temps de changer de cap, il est temps de se faire entendre. Cela peut se faire lors des élections Cantonales des 20 et 27 mars 2011 ». Il appelle la population à « se donner des élus résolument contre ces mesures antisociales, résolument contre la casse des services publics, contre la remise en cause systématique des droits des travailleurs et résolument pour une hausse du pouvoir d’achat, pour l’obtention de nouveaux droits pour les travailleurs de ce pays et il faut construire ensemble dans les Luttes et par les Urnes, une véritable alternative politique à gauche ». En précisant que « partout la droite domine : dans nos communes, au Conseil général, dans la circonscription, et à la tête de l’état. Elle met en œuvre une politique libérale impitoyable pour la grande majorité des Français.

 

Cette élection est donc, pour lui, l'occasion d'exprimer le rejet des politiques libérales et capitalistes de l’ UMP et de la droite.

Parmi les propositions avancées  on retrouve la défense, la modernisation et le développement des services publics de proximité, pour répondre aux besoins de la population et des entreprises ; la garantie d'accès pour tous aux services publics de qualité ; la construction des écoles et des collèges adaptés au XXIème siècle; le refus de toute suppression de classe, d’options, de postes de professeurs de la maternelle au lycée dans un secteur en forte augmentation démographique. Mais aussi d’accroître le nombre de places en crèches, en haltes-garderies et en centre aéré, de construire des logements sociaux adaptés aux jeunes, aux familles, aux personnes âgées et aux handicapés, et à des prix modérés ….

 

 

Battre la droite

 

Tout cela, bien évidemment en renforçant l’emploi local, en soutenant l’artisanat, les commerces et les entreprises, en favorisant les dispositifs de formation, d’insertion et d’accès à l’emploi. En soutenant un secteur agricole, la promotion des produits du terroir, de l’agriculture biologique, la viticulture.

Le développement des activités liées au développement durable, notamment tout ce qui concerne les énergies renouvelables et l’éco-construction fait partie des priorités déclinées par le candidat. Tout comme le renforcement de  l’autonomie des personnes âgées, le développement des lignes de transports en commun performant, attractif, accessible, qui soit une véritable alternative à l’usage de la voiture particulière… ».

 

 

PC080253.JPG

 Régis Dufresne, président du comité de soutien, déclare s’engager activement dans la campagne pour aider et apporter son expérience aux candidats.

« La politique de proximité et de territoire c’est le quotidien de la population dans le canton. Il manque des biens d’équipements mais la réforme des collectivités locales enlève des moyens de communication et financiers. L’Etat étrangle financièrement les départements. Les départements prennent l’argent aux communes. Le Conseil Général du Var a réduit de  2/3 les investissements des communes pour financer les dégâts des inondations de Draguignan de juin 2010. Du coup une commune comme Cabasse a perdu près de 200000 euros, ce qui est énorme. Pour les écoles, la subvention spécifique n’existe plus. Cabasse doit emprunter 500000 euros pour financer la construction de deux classes. Il faut stopper la politique politicarde des élus UMP très majoritairement présents dans le Var ».

 

Tous les participants sont plus que jamais déterminer à mener campagne pour gagner ce canton à la droite.

 

LM

 

 PC080278.JPG

 

 

 

 

 PC080283.JPG

 PC080286.JPG

 

Publié dans PRESENTATION

Commenter cet article